ma_bouquinerie

http://ma-bouquinerie.blogspot.com/

Une bibliothécaire Girondine qui souhaite vous faire partager ses coups de coeur

Le Convoi de l'eau
9 avril 2012

Les traditions face à la modernité !

Le narrateur fait partie d'une équipe d'ouvriers qui se rend dans une vallée perdue du Japon pour participer à la construction d'un barrage. On les avait prévenu que dans cette vallée il y avait un hameau au bord d'un torrent. Mais quand l'équipe arrive dans la vallée, non seulement il y a de grandes habitations dressées en cercle sur trois ou quatre niveaux, recouvertes d'un toit pentu tout en mousse, mais il y a aussi une construction ressemblant à un temple entourée d'un regroupement de pierres tombales occupant un tiers de la vallée. Fait étonnant quand on sait combien les terrains plats sont recherchés pour les cultures dans cette région ! le chef de chantier demande aux ouvriers de ne pas se mêler à cette communauté qui va être expropriée prochainement afin d'éviter tous problèmes. L'équipe s'installe donc face aux habitations observant avec une certain mépris les habitudes de vie digne d'un autre temps de ces habitants.

L'atmosphère calme et humide de l'endroit ressuscite dans le cœur du narrateur la vie de ces quatre dernières années passées en cellule. L'adultère de sa femme l'a conduit à un acte de violence irrémédiable dont il a seulement gardé cinq petits morceaux d'os de pieds pour le plaisir de profaner son corps. Sensible à tout ce qui se passe dans cette communauté qui vit en marge de la société, leur obsession de reconstruire ce qui a été détruit et le suicide d'une jeune fille du village l'incite à expier ses faute pour se reconstruire lui-même. Un roman troublant par son atmosphère mystérieuse voire mystique qui va crescendo. On avance dans une ambiance brumeuse, humide, l'angoisse d'un sentiment de révolte sous jacent emprisonne le lecteur. L'auteur décrit une nature fascinante entretenue par une communauté respectueuse de son environnement qui préfère dignement transporter ses traditions ailleurs, sans heurts, laissant là le modernisme s'accomplir, l'âme de leurs morts comptant plus que tout. Une fable écologique qui donne à réfléchir sur le sens de la vie et de la mort, sur les conséquences de nos actes, sur nos relations avec la nature et l'humanité, à lire et à méditer…

Opium Poppy
12 mars 2012

Une prose ciselée pour dire l'enfance décapitée !

Alam c'est le nom qu'on lui a attribué en France, au centre d'accueil des mineurs isolés et réfugiés. Alam, c'était le nom de son frère, là-bas dans les montagnes d'Afghanistan, lui on l'appelait l'Evanoui parce qu'il s'était évanoui honteusement le jour de sa circoncision. Au fil des pages on découvre l'histoire de cet enfant soldat fils de paysan embrigadé chez les Talibans qui fini par échapper à l'horreur pour se retrouver en France à la solde d'un gang comme si la fatalité d'enfant soldat était inévitable. le destin de cet enfant est assez effroyable, la plume acérée de l'auteur nous décrit l'impitoyable destruction de l'enfance dans un pays ou le peuple n'en fini pas d'être martyr. Ce roman est un déchirant cri du cœur pour cette enfance volée « absente au monde » qui ne fait que obéir aux ordres. La prose distillée par l'auteur permet de conférer un sens plus aigu au texte, en donnant notamment une véritable mesure de ce qu'est la peur, le mépris, la cruauté, on en ressort forcément troubler.
"On part découragé, en lâche ou en héros, dans l'illusion d'une autre vie, mais il n'y a pas d'issue. L'exil est une prison."

Allmen et les libellules
10 mars 2012

Arsène Lupin version 21ème siècle, original

Johann Friedrich von Allmen appelé Allmen par ses amis est un rentier quarantenaire endetté. Il n'a pas du tout le sens des finances par contre c'est un passionné d'œuvres d'art, dans ces conditions il a tôt fait de dilapider les millions hérités de son défunt père. Pour autant il n'est pas question pour lui de renoncer à ses goûts de luxe, notamment son fauteuil à l'année à l'opéra, son chauffeur de location, son valet Carlos qui fait office de jardinier et moult petits plaisirs propres aux personnes qui en ont les moyens !

Pour trouver de quoi s'assurer ses plaisirs , dans un premier temps il se voit contraint de vendre un certain nombre d'œuvres et autres argenteries dont un antiquaire peu scrupuleux le débarrasse volontiers. Comme cela ne suffit pas à calmer l'impatience des créanciers, il barbote des babioles aux puces ou chez des antiquaires en distrayant les vendeurs qui ne se méfient pas de cet homme de si fière allure. Malin comme un singe il vit dans une villa qu'il a vendue à une entreprise avec laquelle il a su négocier le droit de l'habiter accompagné de son homme à tout faire qui en assure ainsi l'entretien. Mais voilà qu'un jour un larcin un peu plus gourmand concernant des coupes ornées de libellules signées Gallé font qu'il devient la cible d'autres trafiquants d'œuvres. Son ami antiquaire à qui il avait vendu une des coupes se fait dézingué. Il doit donc prendre de nouvelles mesures pour assurer son avenir… Sous ces airs maniérés, ce gentleman polyglotte, bibliophile, mélomane est un fieffé filou et associé à son fidèle valet guatémaltèque, on peut compter sur ce duo improbable pour que le métier de receleurs prenne une tout autre dimension. L'auteur signe la première aventure d'Allmen le charmeur, le snob cambrioleur aux manières raffinées agaçantes, les situations dans lesquelles il se met pour garder son train de vie sont incongrues et hilarantes. L'ambiance un peu désuète n'est pas sans rappeler les aventures d'un certain Arsène Lupin version 21ème siècle, le duo est original et promet de sympathiques aventures…à suivre.

TEMPS DES MIRACLES (VERSION LITTERATURE)
8 mars 2012

Un roman optimiste !

Blaise Fortune appelé aussi Koumaïl a 12 ans, lorsque des douaniers du pays des droits de l'homme le trouve dans une bétaillère et l'emmènent dans un centre d'accueil. Aujourd'hui il est adulte citoyen de la République et il nous raconte avec son âme d'enfant son incroyable périple depuis la fuite de Géorgie avec Gloria Bohême sa mère d'adoption. Souvent le soir elle lui raconte son histoire, ses balades avec son amoureux ZemZem en équilibre sur les rails, puis l'accident de train, le camion citerne, les gens qui crient, la femme Jeanne Fortune blessée qui lui tend son bébé Blaise.

Ensuite la guerre éclate, le train n'avait pas déraillé par hasard, les attentats se propagent et Gloria n'arrive pas à retrouver la maman de Blaise. Pour lui assurer un avenir Gloria veut le ramener dans son pays d'origine la France. le chemin sera long et difficile, Blaise raconte la vie de clandestin dans les squats, le travail qui consiste à tendre la main, la fuite perpétuelle, l'estomac creux, la maladie le désespoir qui a son remède l'espoir !.La vie de vagabond ouvre également la porte aux nombreuses rencontres et certaines vous marquent à vie comme Fatima l'unique ou Babik le tsigane avec lequel Blaise apprendra que l'avenir peut-être beau. Gloria est une spécialiste des petits arrangements, elle arrive toujours à se débrouiller pour qu'ils avancent toujours plus loin, mais lorsque les douaniers ont découvert Blaise dans la bétaillère Gloria avait disparu. « Quand vous êtes majeur, officiellement citoyen de la République de France et que vous connaissez le vocabulaire courant sur le bout des doigts, vous pouvez soulever des montagnes. Même dans le Caucase.», Blaise a donc attendu le bon moment pour aller jusqu'au bout de ses recherches, grâce aux valeurs transmises par Gloria dont le courage et l'optimisme ! Un roman poignant sur la quête d'identité d'un exilé, l'auteur donne un aperçu des conditions de vie des enfants clandestins qui vivent dans des situations extrêmes plus que jamais d'actualité.

Au nord du monde
4 mars 2012

Visionnaire et remarquable !

Dans la ville d'Evangeline en Sibérie ou vit le shérif Makepeace, il n'y a plus de vie, tout semble mort. La cupidité humaine a enclenché l'anéantissement ! Dans ce désert glacé où la vie rêvée de ses parents Quakers n'a plus sa place, Makepeace ne sait plus si elle doit encore espérer dans cette glaçante solitude. Alors qu'elle songe a quitter définitivement ce monde dans lequel elle ne trouve plus de raison de vivre, un avion la survole et s'écrase quelques mètres plus loin. L'espoir renaît, Makepeace est convaincu que cet avion est la preuve qu'une civilisation est encore existante et qu'il lui faut la rejoindre pour pouvoir survivre. Sa quête se transforme rapidement en traque, il lui faut un courage surhumain pour faire face à cet univers en perdition. Un roman post apocalyptique surprenant où tout est dévoilé à petites doses pour laisser au lecteur l'espoir d'entrevoir un monde meilleur porté par la loyauté et la ténacité du personnage principal Makepeace. Ce roman a reçu le Prix de l'inaperçu étranger 2011, prix qui récompense les romans qui' n'ont pas reçu l'accueil médiatique qu'ils méritaient, perso je suis ravie de ne pas être passée à côté !
"Étrange, à quel point l'homme n'est jamais plus cruel que quand il se bat pour une idée."