Alex-Mot-à-Mots

http://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

Préparer l'enfer
10 novembre 2011

Mornau prépare notre enfer, certe, mais aidé par une main de maître. Car c'est Brunard qui décèle en lui des talents cachés, mais surtout, un désintérêt total pour la vie humaine.

Mais au moment où débute le récit, Mornau en a assez et se fait arrêter par un policier à qui il raconte tout, depuis son enfance jusqu'à ses assassinats "politiques".

Au début, on ne devine rien ; et puis petit à petit, la voix se trace jusqu'au dénouement final qui n'étonne pas tant que cela car ce roman est très "noir".

Un sacré clin d'oeil à la vie politique française à peine déguisée sous des sobriquets comme "Le Petit" pour désigner le président. Sans oublier le tir à boulets rouges sur la presse.

L'image que je retiendrai :

Celle de Mornau avec son parka toujours sur le dos, même au plus fort de l'été.

A ce propos, j'aurai plutôt mis parka au féminin, pas vous ?

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/08/22596687.html

Les Murmures, roman

roman

Presses de la Cité

10 novembre 2011

Un polar au goût classique, mais ne vous y trompez pas, il y a du "politique" là dessous. Et j'aime ça.

L'auteur revient sur les guerres et les Stress post-traumatiques, mais aussi sur les mensonges de l'armée américaine : au moment de l'engagement, elle promet au postulant (l'impétrant, dirait certain...) qu'il aura une bourse d'étude : ce que très peu obtiennent ; une prise en charge de ses blessures : mais seulement si il est reconnu à 100%, ce que très peu obtiennent...

Sans oublier que la Grande Muette américaine ne s'occupe plus du tout de ses anciens combattants. Mais ça, les anciens du Vietnam auraient pu leur dire.

Et puis, dans ce roman, on court après le meurtrier, certe, mais aussi après le Trésor, celui qui murmure. Quel est ce Trésor ? Pourquoi était-Il caché ? San soublier que des hommes bien étranges le cherche également.

Bref, je me suis régalé à la lecture de ce roman qui ne m'a pas fait peur, mais qui m'a fait passer un agréable moment en compagnie de personnages bien troubles.

L'image que je retiendrai :

Celle du bar à la frontière du Canada dont le patron connait toutes les allées et venues des camionneurs, et qui transporte quoi.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/07/22586730.html

Le Passage, roman

roman

Robert Laffont

10 novembre 2011

Je ne suis pas fan de vampires, loin de là. Mais les "dracs" dont il est question dans ce roman sont d'une espèce différente, si je puis dire. Ils ont été crée par l'Armée américaine (projet secret, bien sûr) en vu de s'infiltrer dans les zones de conflits. Mais la créature a échappé a son créateur et les vamps ont dévoré tout le monde, ou presque.

Seule une poignée d'irréductibles survie en Californie, dans un camp retranché. Ne sortant que le jour et laissant toutes lumières allumées la nuit. Sauf que l'énergie vient à manquer. Car les pièces produisant la précieuse énergie n'étaient pas construites pour être réparées, mais remplacées. Or, il n'y a plus de pièces détachées. Et personnes autour, c'est l'angoisse....


Qui plus est débarque une drôle de petite fille qui semble faire fuire les "dracs" et lire dans les pensées.

Un monde étrange, donc, où la civilisation américaine n'existe plus et où les personnages craignent à tout moment de se faire mordre, ce qui entraînerait leur mort.

Un roman avec une vraie ambiance de suspens, mais des longueurs parfois - quand l'auteur, après avoir introduit un nouveau personnage, nous raconte son curriculum.

Les personnages valsent d'ailleurs beaucoup : rares sont ceux, vivant au début, qui le sont encore, à la fin de l'histoire.

Ceci dit, j'ai été convaincue par cette histoire de vampires, et j'attends la suite.

L'image que je retiendrai :

Celles des explosions (il y en a tout de même pas mal, dont une nucléaire, s'il vous plait). M'enfin ce ne sont pas elles qui calment les vampires.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/05/22558789.html

La Révolte des accents, Livre

Livre

Le Livre de Poche

5,90
9 novembre 2011

Où il est question, cette fois-ci, d'accents qui se révoltent. Et comme les accents m'ont souvent résisté (mais de moins en moins, contrairement à mes soucis avec les participes-passés...) je me suis dit « quelle bonne idée d'acheter et lire ce livre ».

Finalement, j'ai bien aimé la comparaison avec les épices -qui elles aussi se font la malle- mais j'attendais plus d'explications sur le pourquoi du comment (et où mettre l'accent dans « evenement » par exemple).

Je suis toutefois rassurée, car même si l'anglais n'a pas d'accent, d'autres langues en regorgent avec des signes plus ou moins étranges. Ouf !

L'image que je retiendrai :

Les très belles illustrations de couverture et à l'intérieur.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/03/21744053.html

La Révolte des accents, Livre

Livre

Le Livre de Poche

5,90
9 novembre 2011

Où il est question, cette fois-ci, d'accents qui se révoltent. Et comme les accents m'ont souvent résisté (mais de moins en moins, contrairement à mes soucis avec les participes-passés...) je me suis dit « quelle bonne idée d'acheter et lire ce livre ».

Finalement, j'ai bien aimé la comparaison avec les épices -qui elles aussi se font la malle- mais j'attendais plus d'explications sur le pourquoi du comment (et où mettre l'accent dans « evenement » par exemple).

Je suis toutefois rassurée, car même si l'anglais n'a pas d'accent, d'autres langues en regorgent avec des signes plus ou moins étranges. Ouf !

L'image que je retiendrai :

Les très belles illustrations de couverture et à l'intérieur.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/03/21744053.html