Alex-Mot-à-Mots

http://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

Dernier commentaire

Duchamp Chrystel

Archipel

20 janvier 2020

art contemporain, policier

L’auteure aurait-elle un lien avec Marcel Duchamp ? Apparemment non, mais son roman se déroule dans le milieu de l’art contemporain à Paris pendant la Biennale.

Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Il a été torturé, mutilé, puis assis à une table dressée pour un banquet. Une mise en scène comme une vanité artistique. Un crime de toute beauté !

Quand le corps d’un autre amateur d’art – dont la mort a été soigneusement mise en scène – est retrouvé, le doute n’est pas permis : un tueur en série est à l’œuvre.

Pour le lieutenant Audrey Durand, cette enquête dans le monde de l’art contemporain sera-t-elle l’occasion de faire taire ses démons, ou se transformera-t-elle en une plongée hypnotique aux confins de la folie ?

J’ai aimé découvrir Audrey, sa mère ultra-protectrice, ses amours ravagés, mais passionnée par son métier.

J’ai aimé suivre cette enquête artistique, ses références aux grands peintres depuis la Renaissance jusqu’aux happenings modernes.

J’ai aimé le commissaire-à-rien.

J’ai aimé que les victimes ne soient pas de simples victimes et qu’elles cachent un véritable projet artistique.

J’ai aimé la référence et l’analyse du travail d’Orlan, artiste de ma ville qui continue de m’intriguer.

En revanche, le style allant à l’essentiel m’a étonné et parfois heurté. Mais le récit est sans temps mort ni longueur.

Au vue de la fin du roman, je ne pense pas qu’il y aura une suite. Dommage, le personnage d’Audrey m’était sympathique.

Quelques citations :

De cette triste expérience, une blessure est restée. Elle sera toujours présente. Je ne peux que l’apprivoiser et apprendre à vivre avec elle. Désormais, elle fait partie de moi.

A propos d’Orlan : Son interrogation artistique fait écho à celle de Picasso : qu’est-ce que le beau ? Sa réponse : la beauté n’est pas. La beauté n’est plus.

L’image que je retiendrai :

Celle de la chaleur écrasante d’un été de canicule.

https://alexmotamots.fr/lart-du-meurtre-chrystel-duchamp/